Le texte "O! gouffre",tiré du recueil Les Contemplations de Victor Hugo publié en 1856,se compose de trois sizains structurés de la même façon:deux alexandrins sont suivis d'un octosyllable et ainsi de suite tout au long du poème; les deux premiers vers se terminent par une rime suivie et font place ensuite à quatre vers aux rimes embrassées et ainsi de suite pour chaque strophe.


Le poème commence par un vocatif lyrique et une apostrophe "O gouffre!".Le poète exprime un effroi face à la nuit car on n'y distingue rien ("Les formes de la nuit vont et viennent dans l'ombre", "perdus dans les nuits insondables")Le "gouffre" est donc une métaphore de la nuit. Mais cette "obscurité" est plutôt représentative de "l'inconnu" et de notre ignorance (Nous contemplons...l'inconnu,l'invisible").Avec l'emploi du pronom personnel "nous" le poète s'exprime au nom de l'humanité.Il traite de notre sort commun.


Il présente cette inquiétude comme une "contemplation"(mise en valeur par une anadiplose qui est une répétition à la fin d'un vers et au début du suivant,"nous contemplons./Nous contemplons"). C'est une réflexion due à une angoisse existentielle ("O gouffre, l'âme plonge et rapporte le doute")qui naît du constat et de la crainte du temps qui passe et mène à la mort (Nous entendons sur nous les heures;goutte à goutte,[...]/Et nous, pâles, nous contemplons"; "nous sommes accoudés sur notre destinée").


Cette méditation est aussi une quête spirituelle pour tenter de comprendre la raison d'être de l'humanité, la cause du mal et du malheur, la recherche du bien et peut-être guetter la présence d'un esprit ou d'un dieu("Nous sondons le réel, l'idéal, le possible/L'être, spectre toujours présent[...]Nous épions des bruits dans ces vides funèbres/Nous écoutons le souffle, errant dans les ténèbres").

Le poème termine sur une réponse sibylline par son caractère éphémère et métaphorique("Et ,par moments,[...]Nous voyons s'éclairer de lueurs formidables/ La vitre de l'éternité."). Le poème laisse en quelque sorte entrevoir des éléments de compréhension et peut-être une vie éternelle par une métaphore de la lumière comme une antithèse à la nuit.Au lecteur de chercher des réponses derrière la "vitre" et de continuer de lire le poème (nous n'avons qu'un extrait du texte ici).

 

Ce poème romantique( par ses thèmes lyriques) se fonde donc sur le thème de la nuit représentative de nos faiblesses et angoisses et propice à la méditation avec un registre épico-fantastique.