Memnon ou la Sagesse humaine de Voltaire, 1756.

Jean-Marie Arouet, dit Voltaire, est l'un des plus célèbres philosophes français des Lumières.Au-delà d'oeuvres engagées contre l'absolutisme, l'arbitraire et l'intolérance, il est aussi connu pour ses contes philosophiques de tonalité satirique.Le conte soumis à notre lecture s'intitule "Memnon ou la Sagesse humaine".Dans ce texte, un personnage, Memnon, prétend demeurer facilement heureux en faisant preuve de sagesse c'est-à-dire en modérant ses désirs et en se préservant des passions et des excès .Mais contrairement au plan qu'il avait prévu, il échoue, perd ses biens et un oeil.

Lecture analytique de la ligne 1 à 60,jusqu'à "et les dames affligées n'étaient pas à beaucoup près si dangereuses qu'elles le sont aujourd'hui".

Le texte est un récit plaisant:

1)Les éléments d'un conte:
- l'époque au cours de laquelle se déroule l'histoire est indéterminée"un jour"; "l'Amérique n'était pas découverte" est une indication qui renvoie au Moyen Age; un autre indice temporel renvoie à un passé lointain "on était heureux dans ce temps-là".
-le lieu est exotique ce qui peut plaire au lecteur: "Memnon","Ninive" sont des noms proche-orientaux; plus loin dans le récit on a un "satrape" ce qui renvoie au Proche-Orient encore.
-on voit aussi plus loin dans le récit que le personnage du génie est fantaisiste, il vient d'une autre planète "petite étoile près de Sirius".
- le personnage a un "projet", celui "d'être parfaitement sage"; cela ressemble à une quête du bonheur comme dans les contes.Il va être soumis à des épreuves comme dans un conte.
-Sauf qu'au lieu de rêver du grand amour, Memnon veut s'en préserver et trouve une astuce, celle d'imaginer devant une "beauté parfaite" la femme vieillie qu'elle deviendra.Le caractère cru et cavalier de la description("gorge ronde deviendra plate et pendante; cette belle tête deviendra chauve")et la remarque ironique sur le danger des femmes "aujourd'hui" révèlent un conte plus comique que merveilleux.

2)Un récit à la tonalité comique:

- Le récit est un pastiche des histoires d'amour: le jeune homme qui court au secours de la jeune éplorée est un poncif des récits à l'eau de rose; la narration reprend les termes mélioratifs et hyperboliques qui valorisent la beauté de la femme rencontrée: "jeune, jolie...elle n'en avait que plus de grâces...Cette belle personne"; le jeune homme se comporte comme un galant homme:"touché de l'affliction dans laquelle il la voyait","il aborda la jeune Ninivienne dans le dessein de la consoler avec sagesse".
Mais les occurences du terme "avec sagesse","pour examiner sagement ses affaires", "du sage Memnon" sont ironiques.De même que la parenthèse adressée au lecteur rendu complice de l'ironie :"Notre sage fut touché non de la beauté de la dame(il était bien sûr de ne point sentir une telle faiblesse),mais de l'affliction où il la voyait".
-Les interventions du narrateur omniscient annoncent au lecteur l'escroquerie :
"Cette belle personne lui conta de l'air le plus naïf et le plus touchant tout le mal que lui faisait un oncle qu'elle n'avait point;avec quels artifices il lui avait enlevé un bien qu'elle n'avait jamais possédé"
"Comme ils en étaient là arrive l'oncle, ainsi qu'on peut bien le penser"
- le personnage est naïf, il se laisse duper par la séduction féminine(basé sur les yeux,les larmes et le jeu des regards) alors qu'il se promettait d'y résister facilement;la scène est décrite de façon amusante en détaillant la posture sérieuse et distante des jeunes gens puis leur rapprochement irrésistible :""poliment sur un large sofa, où ils se tenaient tous deux les jambes croisées vis-à-vis l'un de l'autre." /"Memnon se sentait de moment en moment la plus grande envie d'obliger une personne si honnête,ils cessèrent insensiblement, dans la chaleur de la conversation, d'être vis-à-vis l'un de l'autre","leurs jambes ne furent plus croisées","Memnon la conseilla de si près" .

3)Un projet philosophique trop ambitieux:
-Le projet de Memnon est celui d'un stoïcien:rester sobre,se dominer,se préserver des excès et passions. Il a tout prévu par un plan indiqué par des connecteurs d'organisation "Premièrement","En second lieu","Ensuite". Mais le narrateur remarque avec ironie que cest un " petit plan de sagesse" conçu "dans sa chambre"et donc sans expérience.
-Le narrateur présente le projet de Memnon comme "insensé", comme une "folie" commune aux hommes.
-Le personnage est en effet ambitieux comme le révèle l'usage des intensifs "très": "Pour être très sage, et par conséquent très heureux".Il utilise des adverbes hyperboliques: "je serai toujours sobre","mon bien est solidement placé","je n'aurai jamais d'humeur".
-Le personnage est présomptueux, il pense qu'il arrivera facilement à ses fins; les expressions de la facilité qui sont répétées en témoignent ainsi que l'usage du futur et des adverbes de certitude et enfin l'emploi de la restriction "ne que":"il n'y a qu'à...;"Or je n'ai quà la voir...et assurément cette tête ne fera pas tourner la mienne";"Tout cela est si facile qu'il n'y a aucun mérite à y parvenir";"Voilà qui est encore très aisé";"Cela est sans difficulté".Le personnage est donc suffisant.
-Le personnage échoue dès la première épreuve car il n'a pas tenu compte de son humanité,de ses besoins réels et de ses faiblesses.Il n'a pas tenu compte non plus des facteurs extérieurs et sur lesquels il n'a pas de contrôle.

Conclusion:

Un début de récit qui relève de la parodie de conte et de la comédie pour amuser le lecteur et qui annonce une satire philosophique et sociale pour le faire réfléchir à la difficulté d'être heureux.