Memnon(2).
De "Memnon ayant ainsi renoncé le matin aux femmes..." jusqu'à la fin.

Le passage étudié se compose de trois étapes :

-il commence par un paragraphe d'une phrase qui récapitule en une énumération tragi-comique ce qui est arrivé à Memnon au cours de la journée; ici on a vraiment l'impression d'une pièce de comédie dramatique en 24h qui présente le projet et son échec point par point.On voit clairement le projet de Voltaire: montrer la vanité humaine par l'échec d'un projet et l'ironie du sort réservé à Memnon;montrer la difficulté de son projet stoïcien;dénoncer l'Optimisme par cette phrase satirique qui récapitule tous ses malheurs présentés comme cocasses.
-Un second paragraphe présente les circonstances malheureuses qui obligent Memnon à dormir dehors, en prise à de la fièvre ( vraiment rien ne s'arrange pour lui, au contraire c'est de pire en pire sans que quiconque ne vienne à son secours et n'ait pitié de lui ).Au cours de la nuit Memnon fait un songe dans lequel un "esprit céleste" lui apparaît.
-Le texte se compose alors du dialogue entre ce "génie" et Memnon.(Ah!un génie comme dans les contes orientaux, un miracle peut-être?mais non, l'histoire n'a pas de fin fermée, ni de suite suggérée; au lecteur de se débrouiller).

Le texte peut être analysé de la façon suivante:

1)L'être céleste est un personnage fantaisiste.
2)L'étoile d'où il vient est une utopie.
3)Le dialogue avec Memnon est philosophique.

1.En effet,l'être céleste est un personnage fantaisiste :

-d'abord fantaisiste veut dire amusant; mais aussi peu probable, qui n'existe pas, qui relève du merveilleux.
- peu probable car il apparaît en songe à Memnon; ensuite il est merveilleux, il est magnifié par des connotations mélioratives:" resplendissant de lumière", "six belles ailes"; mais il est ridiculisé:par une désignation dévalorisante "l'animal de l'étoile",par des négations(ni pieds, ni tête, ni queue) et un trait d'humour, un jeu de mots sur l'expression "n'avoir ni queue, ni tête" habituellement utilisée pour qualifier une histoire invraisemblable;enfin il ne ressemble à rien "et ne ressemblait à rien".Bref il n'existe pas. On est dans la parodie de conte, Voltaire s'amuse par ce pastiche.
-ensuite cet esprit qui se qualifie lui-même de "bon génie" est un incapable:bien qu'il soit censé "veiller" tel un ange gardien, il n'empêche pas le malheur: "C'est bien la peine, dit Memnon, d'avoir un bon génie dans une famille, pour que de deux frères l'un soit borgne, l'autre aveugle"; et il ne guérit pas, n'améliore pas la situation:"Il est vrai que tu seras toujours borgne".Il se contente de parler.

Ce personnage fantaisiste est donc un personnage de parodie de conte. C'est aussi un élément utopique.

2.L'étoile d'où vient le génie est une utopie.

Une utopie est "un lieu qui n'existe pas" selon son étymologie. C'est aussi un monde parfait, idéal situé à l'abri,loin de la corruption du monde que nous connaissons.L'utopie sert aux écrivains et philosophes à critiquer par ses valeurs inversées ce qui ne fonctionne pas dans nos sociétés;elle se présente comme un exemple ou un modèle à atteindre.

L'étoile doù vient le génie en a les caractéristiques:

- elle est éloignée de " cinq cent millions de lieues du soleil, dans une petite étoile auprès de Sirius, que tu vois d'ici"; on voit que la narration tient quand même à être un minimum plausible par un élément "visible" pour ne pas tomber dans l'invraisemblance qui enlèverait tout crédit au texte et donc nuirait à la réflexion.
-sur cette étoile, le malheur n'existe pas: pas de tromperie, pas d'injustice, pas d'excès, pas de douleur.
-Sur cette étoile,il n'y a pas ce qui cause le malheur sur terre: les femmes,la nourriture,l'or, l'argent,le corps.
-sur cette étoile,"tout le monde est égal"contrairement au monde réel.
-tous ces éléments visent à critiquer indirectement tout ce qui ne va pas dans le monde réel.La misogynie(la critique des femmes)n'est qu'une plaisanterie de l'auteur.

Mais tous ces éléments montrent que ce monde si parfait est vide et ennuyeux: "sans femme et sans diner , à quoi passez-vous votre temps?"

Les habitants de cette étoile ont pourtant une fonction:"veiller"et "consoler".Ils ressemblent à des hommes d'église: pas de femme,pas d'excès,pas de fonction pratique mais des paroles consolatrices.Or on sait que Voltaire n'appréciait pas du tout l'Eglise pour ses superstitions et les crimes commis en son nom. C'est donc une forme d'ironie que d'avoir créé cette utopie où ce génie et son pays sont aussi ennuyants et peu utiles que des hommes d'église.

Si l'utopie est invraisemblable et l'église impuissante comment être heureux?C'est l'objet du dialogue philosophique entre Memnon et son génie.

3). Le dialogue philosophique.

C'est un genre littéraire et philosophique. Il consiste en un dialogue qui fait réfléchir les interlocuteurs et le lecteur indirectement et amène à trouver une forme de sagesse.Il se présente parfois sous la forme d'un dialogue entre une personne qui sait, un maître,et un novice ou un amateur, donc un élève qui réfléchit.Il est aussi présent dans ce dénouement du conte.

-Un dialogue en effet car on a une alternance de répliques au discours direct, avec ses marques explicites: les tirets et les verbes de paroles en propositions incises ("dit le génie", "reprit Memnon").

-Le génie joue le rôle du maître: -le génie répond aux questions de son élève; il explique l'agencement de l'univers en une sorte de cosmogonie où toutes les planètes et les êtres s'organisent en degrés,ont un rôle,où tout ce qui arrive a une cause, où "tout est bien";sa théorie est celle de l'Optimisme.Le texte le désigne vers la fin du texte comme "le philosophe de là-haut"ce qui est un peu cavalier et qui correspond à l'ironie de Voltaire dont on sait qu'il détestait la théorie de l'optimisme pour son caractère fataliste et infondé.
-Le génie donne ses conseils en se montrant rassurant et affirmatif ; on le voit par l'emploi du futur de certitude et la formulation de la condition nécessaire à la réussite:" Ton sort changera..tu seras assez heureux pourvu que tu ne fasses jamais le sot projet d'être parfaitement sage".Il insiste sur l'impossibilité de la perfection pour un être humain par les répétitions des termes "impossible" et "parfaitement".Le titre du conte s'explique: la sagesse humaine consiste à rester mesuré, à se contenter de son sort:"ton frère aîné...Il est plus à plaindre que toi...le roi des Indes,...lui a fait crever les deux yeux". C'est une leçon d'humilité en quelque sorte ou du moins de pragmatisme: il faut savoir s'adapter à son sort et regarder plus bas que soi.

- Memnon est l'élève:
-il vouvoie son maître qui le tutoie; il l'appelle Monseigneur; ce sont des marques de respect.
- il pose des questions et fait des remarques qui font avancer la discussion.
- il dépasse son maître en protestant contre son optimisme et en lui opposant son expérience du malheur:"Ah! je ne croirai cela, répliqua Memnon que quand je ne serai plus borgne."Et le texte s'achève là car Voltaire ne donne pas de solution à une question métaphysique qui n'a pas de réponse.Il se garde ainsi de tout dogmatisme; au lecteur de réfléchir par lui-même.

-L'ironie de Voltaire parcourt ce dialogue: elle réside dans la naïveté des questions de Memnon qui dénoncent les injustices des hommes:"point de coquines qui trompent un pauvre homme,point d'amis intimes qui lui gagnent son argent...point de satrapes qui se moquent de vous en vous refusant justice?".
L'ironie de Voltaire réside encore dans des antiphrases prononcées par le génie:" Sa gracieuse majesté le roi des Indes, à la cour duquel il a l'honneur d'être, lui a fait crever les deux yeux"; ce roi n'est ni grâcieux ni honorable;ces antiphrases permettent de dénoncer l'origine politique du malheur des hommes: l'absolutisme et l'arbitraire.
L'ironie réside encore dans l'expression de la folie des hommes,celle du projet de Memnon (voir passage 1) et celle de l'agencement de l'univers et de la dernière planète: "où tout le monde est complètement fou"et que Memnon croit être la Terre.

En conclusion, ce dernier passage du texte joue avec les genres littéraires: la parodie de conte, l'utopie, le dialogue philosophique afin d'amuser le lecteur et le faire réfléchir au fonctionnement du monde par l'ironie.